Venus de Laussel

MVDP 10

Nouveau produit

Venus de Laussel

Véritable icône de l'art préhistorique, la Femme à la corne se distingue des autres vénus sur de nombreux points :
- le soin particulier apporté à la représentation des mains,
- l'existence d'une chevelure atypique,
- le fait, unique, qu'un personnage féminin tienne un objet,
- l'asymétrie du personnage, contrairement aux autres vénus qui sont généralement symétriques sur un axe vertical.

Description :
Sculptée en bas-relief sur un bloc de calcaire et peinte en ocre rouge, la Vénus de Laussel mesure 54 cm sur 36 cm, et montre une figure féminine frontale tenant dans sa main droite un objet généralement interprété comme une corne de bison (selon la théorie de W. Deonna). Il y a 13 encoches sur la corne, qui, selon certains experts, pourraient représenter des cycles lunaires ou menstruels.

La main gauche repose sur le ventre, ce qui indique peut-être qu'elle est enceinte, et ce qui semble être ses cheveux tombent sur l'épaule gauche. Comme toutes les vénus du paléolithique, l'image montre certaines parties surdéveloppées, tandis que d'autres sont absentes, comme les pieds et le visage, dans ce cas tourné vers la corne.

Dimensions :
Hauteur : 54 cm.
Largeur : 36 cm.
Profondeur : 15.5 cm.
Matériau : résine.
Période : Paléolithique supérieur.
Culture : Gravettien (vers 22 000 à 27 000 ans BP).
Date de découverte : 1911.
Lieu de découverte: Marquay (en Dordogne, France).
Conservation : Musée d'Aquitaine à Bordeaux.

Réalisée en résine acrylique enrichie avec de la poudre de calcaire ocré pour redonner l’aspect du grès des falaises du Périgord. Le moulage est celui d'un bloc monolithique presque identique au poids du modèle original.

La pièce est montée sur une base en chêne massif. Ce type de socle permet d'ôter complétement l'objet de son socle et de le contempler plus facilement sous tous les angles.

Reproduction vendue avec un document d'authentification + sa base + sa boite de transport renforcée.
Version protégée par l'INPI avec copyright "©Le-Paléoscope", année 2014".

Lire la suite

409 €

o 3 plazos de 136.33€, sin intereses
con Ver más >

- +

 
Plus d'informations

La Vénus de Laussel fait partie d'un ensemble de blocs calcaires gravés retrouvés dans l'abri de Laussel lors des fouilles du Docteur Lalanne en 1911 sur la commune de Marquay.
Elle fait partie d'un ensemble de cinq autres blocs calcaires sculptés de figurations humaines et découverts dans le même site (gravures: Le Chasseur (1911); la Tête quadrillée (1911) ; la Carte à jouer (1911); la Vénus de Berlin (1912).

Écrire un commentaire

Venus de Laussel

Venus de Laussel

Véritable icône de l'art préhistorique, la Femme à la corne se distingue des autres vénus sur de nombreux points :
- le soin particulier apporté à la représentation des mains,
- l'existence d'une chevelure atypique,
- le fait, unique, qu'un personnage féminin tienne un objet,
- l'asymétrie du personnage, contrairement aux autres vénus qui sont généralement symétriques sur un axe vertical.

Description :
Sculptée en bas-relief sur un bloc de calcaire et peinte en ocre rouge, la Vénus de Laussel mesure 54 cm sur 36 cm, et montre une figure féminine frontale tenant dans sa main droite un objet généralement interprété comme une corne de bison (selon la théorie de W. Deonna). Il y a 13 encoches sur la corne, qui, selon certains experts, pourraient représenter des cycles lunaires ou menstruels.

La main gauche repose sur le ventre, ce qui indique peut-être qu'elle est enceinte, et ce qui semble être ses cheveux tombent sur l'épaule gauche. Comme toutes les vénus du paléolithique, l'image montre certaines parties surdéveloppées, tandis que d'autres sont absentes, comme les pieds et le visage, dans ce cas tourné vers la corne.

Dimensions :
Hauteur : 54 cm.
Largeur : 36 cm.
Profondeur : 15.5 cm.
Matériau : résine.
Période : Paléolithique supérieur.
Culture : Gravettien (vers 22 000 à 27 000 ans BP).
Date de découverte : 1911.
Lieu de découverte: Marquay (en Dordogne, France).
Conservation : Musée d'Aquitaine à Bordeaux.

Réalisée en résine acrylique enrichie avec de la poudre de calcaire ocré pour redonner l’aspect du grès des falaises du Périgord. Le moulage est celui d'un bloc monolithique presque identique au poids du modèle original.

La pièce est montée sur une base en chêne massif. Ce type de socle permet d'ôter complétement l'objet de son socle et de le contempler plus facilement sous tous les angles.

Reproduction vendue avec un document d'authentification + sa base + sa boite de transport renforcée.
Version protégée par l'INPI avec copyright "©Le-Paléoscope", année 2014".

Écrire un commentaire

 
Commentaires(0)

Pas de commentaires pour le moment.

26 autres produits dans la même catégorie :

Récemment Vus

Top