Première scène érotique de l'humanité - Grotte de la Colombière.

MVAD 140

Nouveau produit

Scène érotique du paléolithique - Grotte de la Colombière.

La grotte abri de la Colombière ou abri de la Colombière est située dans le massif du Jura sur la commune de Neuville-sur-Ain (Ain) à 254 m d'altitude.

Parfois nommée abri de la Colombière ou abri-sous-roche de la Colombière, cette modeste cavité est célèbre pour le patrimoine archéologique qu'elle recèle et pour les fouilles qui s'y sont succédé tout au long du XXe siècle. Le site, signalé par Adrien Arcelin dès 1867, a été fouillé par L. Mayet et J. Pissot en 1913.

Une industrie magdalénienne y a été découverte, ainsi que des gravures sur galets et sur os de mammouth, l'une de celles-ci étant la première représentation anthropomorphe jamais découverte.

Au moment de sa découverte, cette silhouette a été rapprochée de l’Homme de Néanderthal, même si cette hypothèse n'a pu être confirmée.

Cette gravure a fait l'objet de nombreuses interprétations. Ses découvreurs L. Mayet et J. Pissot y voyaient une figure féminine, d’autres observateurs y décelaient une scène érotique voire médical.

On distingue un homme caressant les corps de deux femmes nues, allongées. L’art de caresser est l'une forme des plus anciennes de langage entre les êtres humains qui partagent un lien amical, familial. On distingue également des animaux : une tête de renne avec ses bois à l'arrière.

Moulage réalisé à partir de la pièce originale.

Reproduction en résine patinée, enrichie à l’osséine pour redonner l’aspect moucheté de l'os.

La pièce est montée sur un socle chêne massif menuisé. Ce type de socle (Gamme Auguste) permet aux objets une amovibilité totale et peuvent être tenue en main pour être admirés.

Reproduction vendue avec un certificat d'authentification + sa boite de transport.

Dimensions sans socle :
Hauteur: 19.5 cm.
Largeur: 19.5 cm.
Profondeur: 2,5 cm.
Origine: Grotte de la Colombière.
Musée: musée d'Archéologie nationale.
Matière: Résine.
Version protégée INPI par copyright "©Le-Paléoscope", année 2014".

Lire la suite

225 €

o 3 plazos de 75.00€, sin intereses
con Ver más >

- +

 
Plus d'informations

Avec la grotte des Hoteaux à Rossillon, la grotte de la Colombière a suscité des controverses qui ont marqué leur époque, aussi bien à propos de la reconnaissance des sépultures paléolithiques qu'au sujet de l'interprétation de l'art mobilier (« carnets de croquis » ou galets propitiatoires pour la chasse).

L’abri de La Colombière a marqué le début des études préhistoriques dans la région lyonnaise. Les galets font partie des objets les plus remarquables de l’art mobilier paléolithique. Les galets sont abondamment ornés. Ils montrent une superposition de multiples gravures, en particulier de figures animales qui forment un véritable bestiaire : des chevaux, des rhinocéros, des ours, des félins, des rennes, des bovinés, des caprinés, deux chamois, deux mammouths, un bœuf musqué et d’autres animaux indéterminés. Des signes (flèches) et des motifs en forme de rubans, géométriques ou abstraits, ont également été identifiés.

Plusieurs significations ont été avancées pour ces galets ornés. Objets chamaniques, galets propitiatoires (voir encadré) pour la chasse, carnets de croquis … les interprétations sont multiples et la prudence reste de mise.

La pièce maitresse de l'ensemble est un os plat de mammouth Fragment d'os de bassin ou omoplate de mammouth, gravé sur le recto uniquement. Cette gravure d'une figure anthropomorphe, a été une grande importance puisqu’elle a été la première découverte d’une représentation humaine préhistorique dans le monde.

Écrire un commentaire

Première scène érotique de l'humanité - Grotte de la Colombière.

Scène érotique du paléolithique - Grotte de la Colombière.

La grotte abri de la Colombière ou abri de la Colombière est située dans le massif du Jura sur la commune de Neuville-sur-Ain (Ain) à 254 m d'altitude.

Parfois nommée abri de la Colombière ou abri-sous-roche de la Colombière, cette modeste cavité est célèbre pour le patrimoine archéologique qu'elle recèle et pour les fouilles qui s'y sont succédé tout au long du XXe siècle. Le site, signalé par Adrien Arcelin dès 1867, a été fouillé par L. Mayet et J. Pissot en 1913.

Une industrie magdalénienne y a été découverte, ainsi que des gravures sur galets et sur os de mammouth, l'une de celles-ci étant la première représentation anthropomorphe jamais découverte.

Au moment de sa découverte, cette silhouette a été rapprochée de l’Homme de Néanderthal, même si cette hypothèse n'a pu être confirmée.

Cette gravure a fait l'objet de nombreuses interprétations. Ses découvreurs L. Mayet et J. Pissot y voyaient une figure féminine, d’autres observateurs y décelaient une scène érotique voire médical.

On distingue un homme caressant les corps de deux femmes nues, allongées. L’art de caresser est l'une forme des plus anciennes de langage entre les êtres humains qui partagent un lien amical, familial. On distingue également des animaux : une tête de renne avec ses bois à l'arrière.

Moulage réalisé à partir de la pièce originale.

Reproduction en résine patinée, enrichie à l’osséine pour redonner l’aspect moucheté de l'os.

La pièce est montée sur un socle chêne massif menuisé. Ce type de socle (Gamme Auguste) permet aux objets une amovibilité totale et peuvent être tenue en main pour être admirés.

Reproduction vendue avec un certificat d'authentification + sa boite de transport.

Dimensions sans socle :
Hauteur: 19.5 cm.
Largeur: 19.5 cm.
Profondeur: 2,5 cm.
Origine: Grotte de la Colombière.
Musée: musée d'Archéologie nationale.
Matière: Résine.
Version protégée INPI par copyright "©Le-Paléoscope", année 2014".

Écrire un commentaire

 
Commentaires(0)

Pas de commentaires pour le moment.

17 autres produits dans la même catégorie :